Language
Evenements
Événements
Photos
Vidéos
Evenements > Non classé > Off-piste : rencontre avec Sebastien…

Off-piste : rencontre avec Sebastien Mayer

Rencontre avec Sebastien Mayer 6 fois vainqueur du Derby de la Meije en télémark

La raquette d’arrivée est remplie de champions, et pas seulement de ceux qui courent durant la Coupe du Monde. Sebastien Mayer, fou de vitesse et de freeride, est venu encourager ses potes télémarkeurs.

Il pratique le télémark depuis 2000, son but à lui est d’aller le plus rapidement possible du haut en bas de la montagne et ce, en télémark. Avec son bagage de skieur alpin il a très vite réussi à atteindre un bon niveau en télémark. Il arrive même à concurrencer les skieurs aux talons fixes sur les plus grandes compétitions de derby en se plaçant plusieurs fois dans le top 10 (toutes disciplines) du Derby de la Meije à la Grave dans les Hautes-Alpes. Pour s’amuser il est même déjà allé tailler des courbes entre les piquets lors de compétitions, et s’est aussi essayé au télécross, où comme le skicross, tous les skieurs partent en ligne dans un seul et même tracé. Ce casse-cou, un brin touche à tout veut prouver à tout le monde que le télémark peut s’accorder à n’importe quelle discipline du ski. Il le montre en image via des photos ou des films, « grâce à cela je peux démontrer que le niveau est haut en télémark, que l’on peut envoyer du gros ! ».

Ce week-end il a décidé de faire un aller-retour aux Contamines pour profiter de l’ambiance de la compétition.
Des similitudes entre le freeride et l’alpin? Il en trouve de partout. Déjà dans l’engagement des skieurs, il ne faut rien garder sous le pied pour pouvoir gagner. Puis avec la reconnaissance de la piste, il faut appréhender les lignes à prendre. « Eux, ils ont des piquets, moi ce sont les rochers et les sapins mes portes naturelles » rigole-t-il. La montagne est en toute occasion un terrain de jeu à échelle humaine. Dans un tracé ou non, les télémarkeurs jouent avec les mouvements de terrain, sautent des bosses, ont du style…

Venir ici était également pour lui l’occasion d’échanger un peu entre experts de ce sport : « c’est super intéressant, on en profite pour parler du matériel et voir comment on pourrait développer les produits » lâche-t-il en nous montrant ses skis en bois fait à Chamonix par Rabbit on the Roof.
Mais s’il est venu ce week-end, c’est surtout pour retrouver cette ambiance télémark qu’il apprécie tant : « ils sont tous au taquet mais ne se prennent pas la tête ! À l’arrivée ils se dépêchent de retourner sur la partie de fond pour encourager leurs coéquipiers, c’est vraiment génial ! », nous glisse-t-il dans la raquette d’arrivée. Un état d’esprit qu’il explique par le fait qu’ils font tous partie d’une grande famille. « Peu importe les rassemblements où l’on va on retrouve toujours un pote » ajoute-t-il pour finir, sourire aux lèvres.

Seb est reparti travailler dans la station de Verbier, en pensant sûrement, à la prochaine fête du télémark où il pourrait aller…

 

Anais Urbain