Language
Evenements
Événements
Photos
Vidéos
Evenements > Non classé > L’évolution du télémark à travers les…

L’évolution du télémark à travers les yeux d’Huguette Lacreuse.

Le télémark n’est pas un sport nouveau bien que celui-ci continue de surprendre sur les pistes de ski. L’ancêtre du virage alpin revient depuis une vingtaine d’année au gout du jour. Huguette Lacreuse, ancienne championne française a suivit avec attention l’évolution de son sport.

Huguette Lacreuse n’a pas à rougir de son palmarès. Membre des équipes de France entre 1995 et 2000 Plusieurs fois championne de France, seconde au classement général de la coupe du monde en 1997, championne du monde à Val Thorens en 2000, elle arrête sa carrière pour fonder sa famille en 2000 mais ne se lassera jamais du télémark.

Bien que la base du télémark reste la même (on retrouve toujours la partie de géant et de ski de fond, le tremplin et le loom), l’évolution vient principalement du matériel. La discipline est devenue plus physique et plus technique grâce aux chaussures plus rigides et aux nouvelles fixations qui demandent plus d’effort pour réussir l’exercice rigoureux du télémark. Le niveau s’est élevé avec les français notamment, souvent en haut des classements mondiaux, « ils ont un meilleur suivit physique tout au long de l’année » précise-t-elle, « et surtout une volonté de toute l’équipe d’aller vers le haut ! ». Le groupe est aussi mieux encadré qu’au paravent, elle s’en souvient, à son époque ils devaient se débrouiller seuls pour les déplacements par exemple, mais aussi pour la plupart des entrainements. Aujourd’hui la fédération offre une belle structure, bien que ce soit encore loin que pour d’autres sports d’hiver comme le ski alpin ou le biathlon.

Et le problème vient surement de la médiatisation, quasi inexistante pour le télémark. Elle souhaiterait que le sport devienne olympique, pour que les coureurs puissent « avoir une bonne consécration au bout de leur carrière », et pour que le télémark prenne de l’ampleur dans le monde du cirque blanc. Peut-être que les ski-clubs joueront plus le jeu et orienteront les jeunes vers ce sport, car même avec si peu de licenciés (moins d’une centaine en France) le pays est une véritable machine à champions ! Et quand on lui demande si elle a un chouchou sur le circuit, elle répond simplement qu’elle « les admire tous pour leur mentalité et les bons résultats ». Huguette Lacreuse sera donc présente à l’occasion de la coupe du monde aux Contamines pour encourager les français, avec elle espère, le maximum d’entre eux sur la boite !